La Guilde du Kenya célèbre son 15e anniversaire

Pacesetter : L’histoire de MESHA, 15 ans après

Par Aghan Daniel I aghan@meshascience.org

Il y a une vingtaine d’années, d’écrire sur la science au Kenya était une tâche très solitaire et intimidante. Ceux qui osaient écrire sur la science étaient peu nombreux et audacieux. Le Daily Nation, le principal journal de la région, comptait à peine deux rédacteurs spécialisés dans les domaines de la santé, de l’agriculture et de l’environnement.

À l’époque, un rédacteur en chef aujourd’hui à la retraite m’a dit que l’écriture scientifique n’était pas à l’ordre du jour dans le groupe de presse. Il m’a dit, au cours d’un déjeuner, qu’étant donné mon grand intérêt pour la science, j’avais tout intérêt à trouver un emploi dans une organisation non gouvernementale (ONG).

En mars 2000, j’ai quitté la salle de presse et j’ai commencé à travailler dans une ONG qui prévoyait les étapes formatives de la biotechnologie au Kenya.

En avril de la même année, alors que j’interviewais des agriculteurs de l’est et de l’ouest du Kenya sur les maladies et les parasites qui étouffaient les diverses cultures pratiquées dans ces régions, je n’ai pu m’empêcher de penser que ce que je faisais était un travail de journaliste. Les agriculteurs étaient confrontés à tant de problèmes qu’il fallait que les médias s’en emparent. Comme les salles de rédaction étaient presque vides de rédacteurs scientifiques, je l’ai fait et j’ai envoyé les histoires à mon ancien rédacteur en chef qui leur a accordé de l’espace à maintes reprises. Mais combien de temps cela allait-il durer ? Arriverais-je à suivre les horaires très chargés que mon travail exigeait de moi ?

Ce n’est que lorsque j’ai eu l’occasion de vivre en Tanzanie en 2005 en tant que participant à un programme d’échange parrainé par le gouvernement norvégien appelé Fredkorpset (aujourd’hui appelé Norec) que j’ai réalisé que les journalistes scientifiques pouvaient être organisés et réunis au sein d’une association – dans le seul but de développer la profession. Ainsi, les personnes qui font un véritable travail de terrain, loin des grandes villes, disposeraient de professionnels compétents pour raconter leurs histoires.

C’est ainsi que, de retour au Kenya en octobre 2005, j’ai organisé une série de réunions matinales pour discuter de la manière dont nous pourrions ancrer le journalisme scientifique dans nos médias. Grâce aux conseils avisés d’un doyen du journalisme scientifique, Otula Owuor, dont la conviction était que la priorité était le journaliste, nous avons réuni quelques (12) responsables de la communication et journalistes pour discuter de la création d’une association de journalistes scientifiques. Selon Otula, les rédacteurs en chef viendraient plus tard, car ce qu’ils veulent, c’est une bonne histoire. Si nous ciblons et développons les compétences des journalistes scientifiques, ils produiront des histoires de qualité que les rédacteurs en chef ne pourront pas mettre en avant. “Aucune bonne histoire ne périt dans la salle de rédaction”, ne cessait-il de nous répéter. Cette citation nous a incités à donner la priorité à la rencontre avec le journaliste au moment où il en a besoin, comme point de départ. 

Cette citation nous a incités à fonder le projet MESHA (Media for Environment, Science, Health and Agriculture). À ce jour, MESHA est resté en grande partie un paradis pour les journalistes en pleine croissance.

Depuis que nous avons obtenu notre enregistrement en février 2006, nous n’avons jamais regardé en arrière. De 12 âmes seulement, nous sommes passés à plus de 100 membres, malgré le fait que nous n’ayons jamais eu de financement à long terme. Nous pensons qu’il est temps qu’un bailleur de fonds nous tende la main et nous accorde un financement à long terme.

Nous sommes restés cette organisation qui défend les intérêts des journalistes scientifiques au Kenya et en Afrique. En outre, MESHA a fait ses preuves en matière d’organisation et de tenue de cafés scientifiques, de congrès et de conférences de haut niveau rassemblant des centaines de journalistes, de scientifiques, de donateurs et de responsables de la communication d’Afrique et d’ailleurs. Plus précisément, nous avons, à nous seuls, collecté des fonds et organisé quatre conférences africaines de journalistes scientifiques et le congrès des journalistes scientifiques du Kenya, qui sont devenus la conférence des journalistes scientifiques d’Afrique de l’Est. Cela signifie que nous avons une grande empreinte dans le journalisme scientifique africain.

Nous continuons, pour la septième année consécutive, à publier un magazine scientifique informatif trimestriel appelé Sayansi. Ce nom signifie “science” en kiswahili.  L’association gère également un programme de mentorat scientifique pour les journalistes scientifiques à tous les niveaux de leur carrière. L’année dernière, en 2019, nous avons lancé un blogue sur lequel nous publions des articles scientifiques, y compris ceux de nos jeunes membres qui, autrement, devraient attendre longtemps pour obtenir des signatures.  

 

Les membres de MESHA se réunissent pour des conférences et des cafés rencontres scientifiques informatifs.

 

Avec le soutien de l’AVAC, basée à New York, MESHA a, au fil des ans, pris l’initiative d’organiser des cafés transfrontaliers dont les objectifs étaient de réunir d’autres réseaux de journalistes scientifiques d’Ouganda, de Zambie et du Zimbabwe sous l’égide de l’AVAC, d’échanger des informations avec d’autres organisations, instituts de recherche, scientifiques, société civile et parties prenantes partageant les mêmes idées, en vue d’améliorer la communication en matière de santé dans la région. Nous continuons également à fournir aux journalistes un point focal et un centre d’information et d’expertise sur la recherche en santé dans près de 20 pays africains. 

Si l’on considère les 15 dernières années, nous avons tiré de nombreuses leçons. La principale d’entre elles est que le journalisme scientifique a le plus grand potentiel en Afrique. Il est encore parsemé d’opportunités inimaginables. Il a donc besoin d’un soutien financier et technique important. Nous avons également appris que les articles scientifiques ne doivent pas nécessairement être sensationnels pour attirer les masses. C’était le cas avant que notre association ne devienne un leader dans ce domaine. 

Alors que nous avons célébré notre 15e anniversaire le 10 février 2021, il semble que l’orateur du jour, le Dr Charles Wendo, lui-même journaliste scientifique ougandais chevronné, ait lu dans nos pensées lorsqu’il a dit que l’avenir du journalisme scientifique était numérique. C’est ce que nous souhaitons privilégier dans notre quête pour faire en sorte que nos publics accèdent à l’information scientifique dans des formats qui leur soient conviviaux. Notre tâche consiste à renforcer la capacité des journalistes scientifiques à raconter des histoires scientifiques africaines plus nombreuses et de meilleure qualité.

 Longue vie à MESHA ! Longue vie au journalisme scientifique africain.