Message de la présidente de l’IFAJ, Lena Johansson

Au moment où j’écris ces lignes, nous sommes le 3 mai, journée mondiale de la liberté de la presse. Au cours d’une année où le monde a été frappé par une pandémie, la liberté de la presse a été restreinte dans de nombreux pays. Alors que le public avait grand besoin de reportages et d’informations objectives et crédibles, de nombreux gouvernements dans le monde ont pris prétexte de la pandémie pour restreindre les conditions de travail des médias. 

Même dans les pays ayant une longue tradition de liberté de la presse et de démocratie, la situation s’est dégradée au cours de l’année dernière. Il s’agirait de changements temporaires, mais nous devrons tous être vigilants pour qu’ils ne deviennent pas permanents après COVID-19.

Les journalistes agricoles ne sont peut-être pas en première ligne lorsque les gouvernements décident de restreindre les conditions de travail de la presse, mais même à l’IFAJ, nous avons des collègues qui ont été emprisonnés pour leur travail. Lorsque les régimes veulent faire taire l’opposition, ils commencent par ceux qui peuvent atteindre et influencer l’opinion publique, comme les journalistes. Cela ne se fait pas forcément du jour au lendemain, mais étape par étape, de sorte que cela peut ne pas être évident jusqu’à ce que la liberté ait disparu.

J’ai la chance de vivre et de travailler en Suède, un pays qui jouit de la liberté de la presse et de la démocratie depuis des centaines d’années. Mais même dans des pays comme celui-ci, nous sommes confrontés à des menaces provenant à la fois du monde extérieur et de procès internes. L’économie tendue et la réduction des effectifs dans les médias menacent aujourd’hui le journalisme de qualité. Et de ce fait, la confiance du public envers les médias pourrait être affaiblie.

Dans un nouveau paysage médiatique, avec de nouveaux acteurs qui n’ont pas la même éthique et la même mission que les anciens médias, il y aura de nouveaux défis. Beaucoup ont applaudi lorsque l’ex-président Donald Trump a été bloqué sur Twitter, mais une entreprise privée doit-elle avoir le droit de restreindre la liberté d’expression ? Et un problème similaire a été soulevé lorsque Facebook a décidé d’exclure les articles d’actualité en Australie. Dans d’autres pays, les journalistes sont réduits au silence par des menaces proférées sur les médias sociaux.

La démocratie est fragile, et la liberté de presse et d’expression doit être protégée et défendue en permanence. Nous avons tous la responsabilité de défendre un journalisme libre et indépendant. C’est l’un des piliers de la démocratie. Si cela semble difficile ou même sans espoir, nous pouvons chercher du soutien et de la force parmi nos collègues de l’IFAJ. Nous sommes nombreux à être dans une situation similaire, donc ensemble nous sommes plus forts. 

 

Lena Johansson

Présidente, IFAJ