Conseils pour réussir, de la part des Guildes membres de la FIJA (Canada)

“Le succès n’est pas définitif, l’échec n’est pas fatal : C’est le courage de continuer qui compte.” Winston S. Churchill

Quelle est votre définition du succès ? Comment y parvenez-vous dans votre guilde ?

Conseils de la part de :

La Fédération canadienne des écrivains agricoles (FCEA)

Allison Finnamore

Je ne suis pas sûr qu’il y ait une astuce miracle pour réussir à convaincre les membres d’être plus impliqués et de les amener aux réunions (si vous le savez, dites-le-moi !); cependant, le fait d’offrir une variété de méthodes d’engagement permet aux membres de décider comment ils peuvent s’impliquer et quels avantages ils tireront de cette communauté incroyable de journalistes et de communicateurs agricoles.

L’un des défis auxquels nous sommes confrontés à la Fédération canadienne des écrivains agricoles (FCEA) est la répartition de nos quelques 650 membres. Le Canada est un grand pays (9,9 millions de kilomètres carrés avec six fuseaux horaires) avec une faible population (36,7 millions). Nos membres sont répartis sur un vaste territoire – certains sont isolés dans des zones rurales, tandis que d’autres sont basés dans des villes qui servent de centres agricoles. Nous sommes représentés à la FIJA par la FCEA, et la FCEA est composée de six associations régionales.

Voici quelques manières dont nos associations régionales font engager leurs membres :

– Tenir des petites réunions informelles. Lorsque plusieurs journalistes agricoles couvrent le même événement, par exemple, faire appel à quelqu’un du présidium pour organiser une réunion informelle. Cela peut-être un rassemblement pour boire un verre ou une plus longue soirée autour d’un dîner. C’est une façon simple et efficace pour rassembler les membres.

– Organiser un déjeuner-conférence. Dans une région où plusieurs membres de la guilde se trouvent dans le même voisinage, se rassembler dans une salle de conférence d’un bureau local ou dans une salle de bibliothèque pendant la pause de midi pour une réunion ou pour une activité d’apprentissage. Inviter les membres à apporter le déjeuner qu’ils ont préparé chez eux et à le manger pendant la réunion qui comprend une brève présentation faite par un conférencier invité ou un autre confrère. Ces réunions sont de courte durée, ne durant généralement pas plus d’une heure environ et sont un bon moyen pour garder le contact entre les membres de la guilde.

– Coordonner une tournée annuelle. L’une des associations régionales de la FCEA connaît toujours un grand succès grâce à ses tournées. Leur tournée de deux jours explore différentes parties de la province et est l’occasion idéale pour le présidium d’impliquer les membres dans ces régions locales. En tant qu’organisateurs, les membres qui, autrement, ne seraient pas impliqués dans l’association, aident à trouver des fermes locales et des conférenciers à inviter, ainsi que des logements et des sponsors. Il s’agit également d’une occasion pour les membres non engagés qui ne font pas partie du comité de planification d’avoir un premier aperçu sur la nature de l’association lorsque la tournée atteindra leurs villes.

Atteindre le quorum aux réunions peut être difficile, mais il est également important de se souvenir de ceux qui sont présents. Ne vous focalisez pas trop sur le fait d’attirer de nouveaux membres ou d’augmenter le nombre de participants au point d’oublier la nécessité d’avoir des membres fidèles de longue date. C’est un équilibre que chaque guilde doit établir.

Les membres de la FCEA célèbrent le succès lors de la conférence annuelle 2018 qui a eu lieu au Manitoba du 20 au 22 septembre.