L’IFAJ accepte 8 nouveaux pays membres au Congrès annuel aux Pays-Bas

Profils des nouveaux membres de l’IFAJ

Lors de l’Assemblée des délégués de l’IFAJ 2018, qui s’est tenue à l’occasion du congrès annuel aux Pays-Bas, huit nouveaux pays membres ont été acceptés dans le cadre des efforts continus de l’organisation pour soutenir le journalisme et les communications agricoles dans le monde. Ce qui suit est une introduction à trois des nouveaux pays membres et les autres à suivre dans le prochain bulletin de l’IFAJ.

République-Unie de Tanzanie

La Tanzanie est un pays côtier du sud-est de l’Afrique, qui comprend également la région semi-autonome de Zanzibar, une île située au large des côtes de l’océan Indien. L’agriculture est la principale activité économique de la plupart des habitants de Zanzibar-Tanzanie, environ 60 à 70 % de la population active tirant ses moyens d’existence d’activités liées à l’agriculture et la majorité d’entre eux étant des femmes qui utilisent surtout des méthodes agricoles traditionnelles. Outre sa contribution d’environ 36 % au PIB, l’agriculture fournit également des emplois à 70 % (42 % directement) de la population des zones rurales). En général, l’agriculture contribue à la croissance de l’économie, offre des possibilités d’emploi à la population qui fait équipe, génère des recettes d’exportation et contribue à éliminer la pauvreté.

Afin de s’assurer que le secteur agricole soit fort et que les agriculteurs bénéficient des opportunités existantes, certains journalistes ont eu l’idée, en 2013, de créer une association qui jouerait un rôle dans la protection des droits des agriculteurs. Cette association, appelée Zanzibar-Tanzania Journalists for Environment and Agriculture Association (Association des journalistes de Zanzibar-Tanzanie pour l’environnement et l’agriculture), a pour objectifs :

  • Stimuler le secteur de l’agriculture et de l’environnement à Zanzibar et en République-Unie de Tanzanie

  • Informer les militants de l’agriculture et de l’environnement sur les questions pertinentes pour accroître la sensibilisation et l’accès à l’information.

  • Vulgariser les lois et politiques relatives à l’agriculture et à l’environnement à Zanzibar et en République-Unie de Tanzanie.

  • Aider les agriculteurs à bénéficier de l’accès au marché

  • Veiller à ce que les agriculteurs reçoivent des installations agricoles à un prix abordable et en temps opportun.

  • Soutenir les clubs de l’environnement scolaire

  • Soutenir les journalistes de l’environnement et de l’agriculture

  • Motiver la population rurale à accroître la productivité et à réduire la destruction de l’environnement

Sa vision est d’améliorer les moyens d’existence de la population de la République-Unie de Tanzanie grâce à l’agriculture et d’assurer la sécurité alimentaire.

Au cours des prochaines années, l’association prévoit de mettre en œuvre un certain nombre d’activités :

  • Former 76 journalistes en priorité dans les secteurs de l’agriculture et de l’environnement

  • Renforcer les capacités des dirigeants

  • Augmenter le nombre de membres qui se consacrent au journalisme agricole et environnemental.

  • Organiser le Congrès de l’IFAJ

  • Renforcer la capacité financière de l’association

  • Aider les agriculteurs à participer aux forums agricoles nationaux et régionaux

L’association est encore jeune et fait donc face à de nombreux défis, notamment :

  • Le manque de ressources financières qui rend difficile pour l’association de mettre en œuvre ses objectifs pour renforcer la capacité de ses membres à relever les défis auxquels sont confrontés les agriculteurs. Cette situation entraîne également l’impossibilité d’atteindre les agriculteurs à temps.

  • La formation est un élément important de la construction d’une institution solide et pour que les journalistes puissent écrire de bonnes histoires agricoles avec impact, ils ont besoin d’une formation régulière que l’association n’est pas encore en mesure de fournir sur une base régulière.

  • Bien que l’association soit composée de journalistes de l’agriculture et de l’environnement, il y a toujours un manque d’expertise et de professionnels dans ces domaines pour soutenir la formation en journalisme d’investigation et d’intérêt public.

Le président du Comité exécutif de l’Association des journalistes pour l’environnement et l’agriculture de Zanzibar-Tanzanie, Talib Ussi, s’entretient avec les membres du comité dans leur bureau, Kikwajuni Unguja.

Libéria

Le Liberia Agricultural Journalists Network (LAJN- Réseau des Journalistes Agricoles du Libéria) est un réseau national de journalistes et de communicateurs de la presse écrite, de la radio et de la télévision et en ligne créé en 2015 avec un vif intérêt pour les questions de développement agricole et rural au Liberia. Près de soixante pour cent des membres de LAJN sont des journalistes de radios communautaires qui sont très proches de diverses communautés agricoles à travers le pays.

Le secrétariat du LAJN, dirigé par le coordinateur national Jefferson Massah, dirige les activités quotidiennes du réseau avec l’appui de son conseil consultatif. Actuellement, le réseau LAJN a des coordinateurs basés dans 13 des 15 comtés du Libéria et chargés de coordonner les activités du réseau au niveau du comté.

LAJN continue d’explorer les possibilités pour ses membres d’améliorer leur capacité à rendre le réseau plus réceptif aux besoins d’information des petits exploitants agricoles. L’objectif stratégique pour les prochaines années est d’entreprendre les activités suivantes en tant que réseau :

    • Renforcement des capacités et formation – LAJN considère la formation et le renforcement des capacités de ses membres comme des activités essentielles pour le réseau au cours des trois prochaines années (2019-2021). Le réseau est confronté à de graves problèmes de capacité en raison du nombre limité de journalistes qui ont acquis une formation spécialisée en journalisme agricole en dehors des pratiques conventionnelles du journalisme. On s’attend à ce qu’une plus grande attention soit accordée à la formation des membres par le biais de partenariats avec d’autres guildes.

    • Développement d’un site Web – Afin d’accroître la visibilité des activités du LAJN, tant au niveau local qu’international, la création d’un site Web qui servira de dépôt de nouvelles et d’informations agricoles du Liberia.

    • Prix annuel du journalisme agricole – afin de promouvoir l’excellence en journalisme agricole, LAJN a l’intention d’organiser un programme annuel de prix pour récompenser les journalistes exceptionnels qui présentent les meilleurs reportages agricoles.

    • Projets de rapport – LAJN a l’intention de collaborer avec des donateurs potentiels ou d’autres guildes de l’IFAJ pour entreprendre divers projets de rapport dans le secteur agricole libérien.

Les défis actuels auxquels LAJN doit faire face sont importants, notamment :

    • Manque de ressources financières et matérielles pour gérer efficacement le réseau de manière adéquate.

    • Intérêt limité des parties prenantes de l’agriculture au Libéria à soutenir le travail du LAJN

    • Renforcer les capacités des jeunes membres du réseau par la formation

    • Logistique limitée pour améliorer l’efficacité de la coordination dans les zones rurales du Libéria

    • La lutte pour établir des partenariats avec des donateurs potentiels.

Jefferson Massah (chemise verte), membre exécutif de l’IFAJ et coordinateur national du LAJN, accompagné par le personnel d’une station de radio communautaire libérienne.

Sénégal

REJAQUES (Réseau des journalistes associés aux questions agricoles, à l’élevage et à la pêche) est un réseau de journalistes associés aux questions agricoles, à l’élevage et à la pêche comptant près de 30 membres, dont la moitié sont des journalistes agricoles travaillant dans les médias généraux (télévision, radio, presse écrite) et l’autre moitié est composée de personnes actives dans des organisations ou entreprises dont l’activité est liée au secteur agricole ou agroalimentaire. Créé début 2017, REJAQUES entend faire la lumière sur les grands enjeux agricoles : la politique agricole au Sénégal, les grands enjeux sociétaux de l’environnement et les effets délétères de l’agriculture sur le réchauffement climatique et les émissions de gaz à effet de serre, le bien-être animal, la volatilité des marchés et la mondialisation.

L’organisation organise régulièrement des débats, des tables rondes et des forums, organise régulièrement des rencontres avec des chefs de projets agricoles, des hauts fonctionnaires, des responsables d’organisations professionnelles, des chercheurs et des universitaires que REJAQUES associe à ses réflexions sur des questions fondamentales et d’actualité. Des voyages de presse à travers le Sénégal sont également organisés, ainsi que des rencontres avec des auteurs de livres sur des thèmes agricoles et des sujets connexes. Il y a aussi la participation à des salons professionnels (Salon International de l’Agriculture, Salon International du Machinisme Agricole) et à l’assemblée générale, qui est l’occasion de faire le bilan de l’année d’action et de réfléchir sur les tâches à venir.

L’une des principales réalisations de REJAQUES est la création du site web agroactu.net qui est une grande plateforme électronique pour l’agriculture, l’élevage et la pêche. Actuellement, la plateforme est prête et la migration de l’information pour la mise en ligne sera bientôt activée. La plateforme est un forum pour les journalistes intéressés par le secteur et des projets pour les producteurs et l’objectif est d’en faire le plus grand site d’information agricole de la sous-région.

Un bulletin trimestriel, REJAQUES INFOS, permet également aux membres du réseau d’aborder des sujets sur l’agriculture, l’élevage et la pêche.

REJAQUES travaille également sur certains projets, notamment :

CONSTRUCTION D’UN SIÈGE

L’établissement d’un siège social permet aux directeurs de se réunir régulièrement et de travailler dans la plus grande tranquillité d’esprit.

LA MISE EN PLACE DU RÉSEAU AFRICAIN DES JOURNALISTES AGRICOLES

En tant que membre de la Fédération Internationale des Journalistes Agricoles, nous disposons d’une bonne base avec les pays africains membres (Sénégal, Burkina Faso, Bénin, Guinée Conakry, Afrique du Sud, Bénin et Rwanda) pour mettre en place un réseau. Pour le moment, REJAQUES et AMEDAR en Guinée travaillent à la création du Réseau africain.

CRÉER UNE TÉLÉVISION ET UNE RADIO RURALES

Une émission de télévision et de radio thématique rurale, qui porterait exclusivement sur l’agriculture, l’élevage et la pêche, serait une excellente occasion d’aborder les questions de développement à l’avenir.

Les membres de REJAQUES au Sénégal se réunissent pour un de leurs événements ; Hamidou Diop, membre exécutif de l’IFAJ, est à l’avant, à gauche (avec le sac informatique).