Scroll Top

L’IFAJ publie une déclaration sur l’invasion de l’Ukraine

Dans les premiers jours de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, l’IFAJ a publié une déclaration de soutien aux journalistes et aux communicateurs, conformément à l’orientation de notre fédération. Quelques semaines plus tard, confirmant nos craintes, plusieurs journalistes ont été tués ou blessés par les troupes russes. Nous restons préoccupés par le fait que les politiques russes contre la liberté de la presse empêcheront la libre circulation d’informations exactes tant en Russie que dans les zones occupées ou menacées de l’Ukraine.

Voici notre déclaration du 10 mars. Elle est suivie d’une réfutation par le membre Marc van der Sterren des Pays-Bas.

Déclaration de la Fédération internationale des journalistes agricoles (IFAJ) sur la guerre en Ukraine

La Fédération internationale des journalistes agricoles (IFAJ) est profondément préoccupée par la sécurité personnelle de nos amis et collègues en Ukraine, et de tous les journalistes et communicateurs qui sont menacés de dommages corporels et de suppression professionnelle en Ukraine et en Russie en raison de l’invasion actuelle.

Le journalisme est de la plus haute importance pendant un conflit, non seulement pour ceux qui sont au milieu de celui-ci, mais aussi pour que le monde entier comprenne ce qui se passe. Tout aussi important, le flux libre et ouvert d’informations est également vital pour la production et le commerce de denrées alimentaires, d’aliments pour animaux, de fibres et de carburant. L’Ukraine étant un important producteur de denrées alimentaires et d’aliments pour le bétail, ainsi qu’une plaque tournante de l’exportation, la suppression des médias du pays et la restriction des mouvements des reporters et de la liberté d’expression peuvent avoir des effets destructeurs à l’échelle mondiale.

La saison des semailles de printemps devrait bientôt commencer en Ukraine. Les agriculteurs, les conseillers et les négociants ont besoin de nouvelles, d’informations techniques et économiques pour éviter de nouvelles crises humanitaires dans le pays – manque d’accès à la nourriture, voire famine – ainsi que des pénuries mondiales de produits et d’intrants agricoles. L’IFAJ appelle vigoureusement à la fin immédiate des attaques contre la population ukrainienne, y compris nos collègues des médias et des communications, et à la reprise de la libre circulation des nouvelles et des informations.

La piètre déclaration de l’IFAJ sur la guerre

Par Marc van der Sterren

La phrase qui est devenue un cliché depuis la guerre en Ukraine dit : “Dans la guerre, la vérité est la première victime”. En fait, la vérité est déjà morte bien avant que la guerre ne commence. L’été dernier, lors du congrès en ligne de l’IFAJ, la journaliste d’investigation finlandaise Jessikka Aro nous a expliqué comment l’industrie du trolling russe organise une réalité qui va bien au-delà de la vérité.

Dans un monde sans vérité, les gens se font tuer. C’est ce que nous voyons en Ukraine en ce moment même. L’IFAJ s’oppose à cette situation par une déclaration officielle, publiée le 10 mars. Cependant, dans cette déclaration, l’IFAJ choisit une position plutôt neutre, se disant profondément préoccupée par “tous les journalistes et communicateurs qui sont menacés de dommages corporels et de suppression professionnelle en Ukraine et en Russie”.

Qu’entend l’IFAJ par “suppression professionnelle” ? C’est une expression étrange, qui fait référence à la suppression par l’État en Russie. La même chose se produit-elle en Ukraine ? Je ne le pense pas. L’Ukraine est en fait la victime. Pourquoi la déclaration de l’IFAJ dit-elle “à la fois en Ukraine et en Russie” ?

Lorsqu’il s’agit de guerre et de vérité, il est clair que c’est Poetin qui a violé toutes sortes de droits de l’homme, dont la liberté de la presse. La déclaration de l’IFAJ est trop réservée à ce sujet. A mon avis, il est inapproprié d’assimiler la façon dont la Russie menace ses citoyens à la façon dont l’Ukraine gère le pays.

Pour l’IFAJ, il n’y a aucune raison de rester dans une position neutre. C’est Poetin qui a violé la vérité de manière extrême avant d’envahir l’Ukraine de manière tout aussi excessive.

Pourtant, les journalistes des deux pays souffrent. En Ukraine, les journalistes sont dans une zone de guerre, en Russie, les journalistes ne peuvent plus faire leur travail. L’IFAJ devrait être là pour les deux.
Il semble que l’IFAJ se place dans une position très, très éloignée du conflit, alors que sa déclaration semble se concentrer sur le flux d’informations sur “la production et le commerce de denrées alimentaires, d’aliments pour animaux, de fibres et de carburant”.

Si l’IFAJ est vraiment profondément préoccupée par la situation en Ukraine, comme mentionné dans la déclaration, notre fédération devrait être moins réservée sur ce qui se passe réellement, et elle devrait montrer un peu plus de courage dans sa déclaration.

Marc van der Sterren, membre du comité de la presse libre de l’IFAJ, a écrit ceci en son nom propre

Also in this newsletter….
Past news Letters