Scroll Top

Rapports d’Ukraine

Par Larysa Guk

Présidente, Union des journalistes agraires d’Ukraine

“Bonsoir, nous venons d’Ukraine”.

C’est la salutation populaire en Ukraine aujourd’hui.

 

Mesdames et Messieurs !

Merci de nous donner l’occasion de parler de la guerre dans notre pays.

Je m’appelle Larysa Guk et je viens d’Ukraine.

Je suis rédactrice en chef du magazine Agro Perspectiva.

Je suis présidente de l’Union des journalistes agraires d’Ukraine.

Je ne parle pas couramment l’anglais.

 

Rapport succinct

Hier. Une chaude matinée de dimanche d’été à Kiev.

2 roquettes du Belarus. Une famille. Fille de 6 ans blessée, a perdu son père. Aujourd’hui, c’est calme à Kiev, mais pas dans les autres villes.
Des bombes sont tombées sur Kremenchuk (région de Poltava). 20 personnes sont mortes.

 

Après le 24 février, le monde a enfin remarqué la guerre qui se poursuit en Ukraine depuis plus de huit ans.

Je suis fatigué.

J’ai peur.

Je vais essayer de rester calme et de faire confiance aux forces armées de l’Ukraine.

Je ne veux pas parler de guerre.

Je veux parler de pain.

 

Bref rapport sur les médias

Beaucoup de médias agricoles ukrainiens ont cessé de fonctionner.

Aujourd’hui, les magazines et les portails Internet fonctionnent à nouveau, mais nous avons tous changé.

Les annonceurs ont arrêté presque tous les projets.

Beaucoup de gens ont perdu leur emploi.

Certains journalistes ont été engagés dans les forces armées ukrainiennes.

Certains journalistes sont devenus volontaires.

Telle est la situation actuelle dans les médias agricoles.

Les agriculteurs ukrainiens ont besoin de soutien !

L’Ukraine a commencé à récolter les céréales.

En général, les prévisions pour la production des principales cultures sont les suivantes :

Blé – 18-20 MMT

Maïs – 20-24 MMT

Orge – 5 MMT

La faiblesse des prix du blé est le principal problème actuel. Les coûts logistiques sont plus élevés que les prix des céréales.

 

Prix d’achat des exportateurs pour les céréales aux conditions CPT/DAP, USD/tonne pour des livraisons en juin/juillet.

Item
23/06/2022
blé 12,5%295
blé 11,5%290
blé fourrager270
orge fourragère215
maïs225

En général, le marché est sous pression en raison de la prochaine récolte de la nouvelle culture. La demande de blé en provenance d’Ukraine continue de baisser en raison de la prochaine récolte et de la disponibilité de stocks de vieux grains chez les agriculteurs.

Les meuniers d’Europe occidentale maintiennent une assez bonne demande de blé de haute qualité, mais dans le même temps, les agriculteurs ukrainiens ne sont pas prêts à vendre leurs stocks de l’ancienne récolte aux prix actuels dans l’espoir d’une hausse des prix.

 

Les agriculteurs ukrainiens sont les otages de la guerre.

Il y a un risque que les agriculteurs refusent tout simplement de semer le blé d’hiver cet automne.

Les agriculteurs ont peur de l’incertitude.

Personne ne sait quand la guerre prendra fin.

Personne ne sait quand les ports seront déverrouillés.

Personne ne sait quel sera le prix du blé et combien coûteront les engrais.

Médias

Les journalistes ukrainiens sont prêts à répondre à vos questions pour vous aider à préparer des documents sur la vie et le travail des producteurs, des transformateurs et des négociants ukrainiens dans les conditions de la guerre.

Fournir au monde la vérité sur la guerre en Ukraine, sur les menaces d’agression russe, en particulier pour les agriculteurs, est une tâche importante des journalistes. Nous comptons sur la coopération avec vous.

La question de la fin de la guerre et de l’arrêt de l’agression militaire de la Fédération de Russie est une priorité absolue pour l’Ukraine.

Les agriculteurs veulent simplement faire pousser du pain et nourrir les gens.

Nous savons que les gens en dehors de l’Ukraine sont fatigués des nouvelles sur la guerre, mais il est important pour nous, journalistes à l’étranger, de continuer à couvrir des histoires sur l’Ukraine.

Merci.

Par Iuri Mykhailov

Chers hôtes, collègues et amis. Pour ceux qui me voient pour la première fois, je voudrais me présenter.

Mon nom est Iurii Mykhailov. Je suis journaliste agricole avec 28 ans d’expérience.

Depuis le premier jour de la guerre jusqu’à aujourd’hui, j’ai vécu à Kiev, la capitale de l’Ukraine.

Tout d’abord, je tiens à exprimer ma profonde gratitude à tous les peuples du monde pour leur soutien et leur aide à notre pays. Je tiens également à remercier tous mes amis et collègues de la communauté IFAJ qui m’ont contacté personnellement pour me proposer généreusement de m’héberger ou de fournir une aide humanitaire à notre peuple.

Et je tiens à exprimer mes remerciements et ma gratitude à la Guilde danoise qui nous a aidés, Mme Larysa Guk et moi-même, à venir ici et à participer au congrès de l’IFAJ de cette année au Danemark.

Mais avant de décrire le principal défi pour l’agriculture ukrainienne, je voudrais expliquer pourquoi la Russie a attaqué l’Ukraine.

Avant 1721, la Russie actuelle s’appelait le royaume moscovite. Après l’inclusion d’un certain nombre de terres de l’ancienne Rus de Kyivan dans le royaume moscovite, son roi Pierre Ier a changé le nom du royaume moscovite en Empire russe. Depuis lors, le nom de Russie a été utilisé sous diverses formes. Le nom officiel actuel de la Russie est la Fédération de Russie.

La Russie se considère comme l’héritière légitime de la Rus de Kyiv, car elle affirme que Moscou a été officiellement fondée en 1147 par le prétendant au trône de Kyiv, le prince Yuri Dolgorukiy. Il était appelé Dolgorukiy (ou le Long Bras signifiant “lointain”) parce qu’il n’était que le sixième fils du prince régnant de Kiev, Vladimir Monomakh. À l’âge de 59 ans, il devint néanmoins le prince de Kiev. Sa tombe se trouve à Kiev.

Kiev fait l’objet de la convoitise de Moscou car c’est à Kiev que le prince Vladimir le Grand a baptisé son royaume dans le christianisme orthodoxe.

Ainsi, sans Kiev, la Russie se sent imparfaite, voire fausse. Cela signifie que la Russie est la menace existentielle pour l’Ukraine.

L’idée qu’il ne peut y avoir de Russie sans Ukraine a été exprimée initialement par le chef des bolcheviks, Vladimir Lénine, en 1918, justifiant ainsi l’invasion russe de l’Ukraine cette année-là, qui avait acquis peu avant son indépendance à la suite de la révolution russe d’octobre 1917.

Mais à l’époque, la nécessité de l’occupation de l’Ukraine était dictée par la dépendance économique de la Russie vis-à-vis du potentiel industriel et agricole de l’Ukraine.

Aujourd’hui, le désir de soumettre l’Ukraine est dicté avant tout par les fantasmes géopolitiques de Poutine, bien que la capacité de contrôler et de gérer les 40 millions d’habitants de l’Ukraine avec la possibilité d’en transférer une partie vers l’Extrême-Orient soit également à l’ordre du jour dans la Russie moderne. Le territoire allant de la mer Baltique aux montagnes de l’Oural, c’est-à-dire la partie européenne de la Russie, abrite 120 millions de personnes, tandis que sur l’ensemble du territoire allant de l’Oural au Kamtchatka, il n’abrite que 20 millions de personnes.

Poutine considère l’effondrement de l’Union soviétique comme la plus grande catastrophe géopolitique du 20e siècle, tout en ignorant deux guerres mondiales très dévastatrices : la Première et la Seconde Guerre mondiale.

Par conséquent, il a en tête l’idée fixe de restaurer l’Empire russe dans ses frontières de 1914, c’est-à-dire en incluant la Pologne, la Finlande, les États baltes ainsi que toutes les républiques qui se sont séparées de l’URSS après son effondrement en 1990, y compris l’Ukraine. Cette idée fixe, il l’a enfin exprimée ouvertement lors du récent “Forum économique international” de Saint-Pétersbourg, lorsqu’il s’est comparé à l’empereur Pierre Ier et a affirmé que tous les territoires de l’ancien Empire russe devaient à nouveau faire partie de la Russie.

C’est pourquoi les États baltes et les pays d’Europe centrale, après avoir obtenu leur indépendance en 1991, ont immédiatement rejoint l’OTAN afin de se défendre contre l’agression russe.

Alors pourquoi l’Ukraine ? Comme le dit un personnage du célèbre livre de l’écrivain italien Umberto Eco, “Le nom de la rose”, “quand vos vrais ennemis sont trop forts, vous devez choisir des ennemis plus faibles”.

Poutine a estimé que les membres de l’OTAN, la Suède et la Finlande, en tant que membres de l’UE, sont trop forts pour lui. Et c’est pourquoi il a choisi d’envahir l’Ukraine.

Poutine veut démolir complètement l’Ukraine en tant que nation, effacer tout ce qui rappelle, même de loin, l’Ukraine, comme notre culture, notre langue, notre histoire, notre identité et ainsi de suite.

L’une des principales raisons pour lesquelles Poutine a envahi l’Ukraine, en plus de s’emparer de Kiev comme “mère de toutes les villes russes”, était le désir de s’emparer de la région de Kherson pour reprendre l’approvisionnement en eau douce de la Crimée annexée.

L’autre objectif était l’occupation des régions stratégiques minières, industrielles et productrices d’énergie de l’est et du centre de l’Ukraine, telles que Kharkiv, Dnipro, Zaporozhzhia, Kryvyi Rih et Mariupil.

L’objectif de Poutine était également le contrôle total du système de transport du gaz naturel, par lequel le gaz naturel russe est pompé vers l’Europe centrale à travers le territoire ukrainien.

Pour accélérer la capitulation de l’Ukraine, Poutine voulait capturer ou au moins bloquer toute la côte sud de l’Ukraine, y compris les ports stratégiques de la mer Noire, ce qui aurait pour effet de couper l’Ukraine du commerce international.

Pour mettre en œuvre les plans fous de Poutine, environ 200 000 soldats russes ont envahi l’Ukraine le 24 février. La soi-disant “opération militaire spéciale” devait se terminer en une semaine.

C’est pourquoi des pays comme la Suède et la Finlande, qui ont longtemps maintenu leur statut de neutralité, ont demandé à adhérer à l’OTAN après l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Alors, qu’est-ce que la Russie a accompli quatre mois après l’invasion de l’Ukraine ?

La Russie n’a réussi à s’emparer que de la région de Kherson. Et bien que le canal Nord-Crimée ait été saisi, l’approvisionnement en eau de la Crimée n’a pas été rétabli, du moins pour l’instant. Il faut procéder à une profonde révision du canal pour le rendre à nouveau opérationnel.
Tous les ports maritimes ukrainiens sont complètement bloqués ; certains d’entre eux sont fortement endommagés.
Sur les quatre centrales nucléaires ukrainiennes, seule celle de la région de Zaporizhzhia a été capturée.
Environ un million de citoyens ukrainiens, y compris des enfants, ont été déplacés de force contre leur gré vers la Russie, principalement en Sibérie et en Extrême-Orient. Les enfants ukrainiens déplacés de force en Russie sont confrontés à l’adoption par des Russes.

Dans le même temps, la Russie a déjà perdu trente-cinq mille soldats tués et a probablement subi trois fois plus de pertes irremplaçables. Douze généraux russes et des centaines d’officiers de haut rang ont été tués. La Russie a perdu des milliers de chars et de véhicules blindés lourds, plus de deux cents avions, plus de deux cents hélicoptères, des dizaines de systèmes antiaériens, le navire amiral de sa flotte de la mer Noire et quelques autres navires, des milliers de camions, etc. La Russie en tant qu’État, des milliers de hauts fonctionnaires, de sociétés et d’hommes d’affaires, de banques, de médias et de propagandistes russes sont sous le coup de sanctions. Si la guerre continue, l’économie de la Russie s’effondrera inévitablement.

Mais la Russie a causé d’énormes dommages à l’Ukraine. Des dizaines de milliers de nos concitoyens ont perdu la vie, de nombreux objets d’infrastructure critique ont été détruits, dont une grande partie étaient des objets civils tels que des bâtiments, des hôpitaux, des centres commerciaux, des magasins, des théâtres, des silos, des stations-service, des transformateurs électriques, etc.

Un grand nombre de ponts, de routes, d’aéroports, de gares, de dépôts et de raffineries de pétrole ont été détruits.

Les Russes ont pillé les fermes, volant les machines agricoles, les outils, les pièces de rechange, le carburant, les céréales, etc. Ce qui ne peut être volé a été démoli. Des millions de poulets et des dizaines de milliers de vaches et de chevaux ont été tués.

L’exécution de nombreux contrats commerciaux a été rompue, ce qui a provoqué un effet domino dans toute la chaîne d’approvisionnement alimentaire mondiale.

Selon les estimations de la Banque mondiale, le PIB de l’Ukraine va diminuer de 45 % cette année par rapport à 2021. Cela signifie une forte baisse des recettes du budget de l’État et des revenus des ménages.

Les principales régions de production de légumes et de fruits, telles que Kherson, Donetsk et une partie de Zaporizhzhia, sont actuellement sous occupation. Il est donc possible que l’offre de légumes et de fruits produits localement soit insuffisante cette année. Cela entraînera des prix élevés et une pénurie de matières premières pour la transformation.

De nombreux champs agricoles sont minés. Il existe de nombreux cas dans lesquels des machines agricoles, des tracteurs et des voitures ont été soufflés lors du roulement des mines dans les champs et sur les routes. La récolte peut être dangereuse, car les mines peuvent être cachées dans les cultures d’hiver.

Avant la guerre, l’Ukraine était l’un des plus grands producteurs de céréales, dont les trois quarts étaient exportés. Et 95 % des exportations ukrainiennes se faisaient par voie maritime. Aujourd’hui, tous les ports maritimes ukrainiens sont bloqués, trois d’entre eux sont maintenant sous contrôle russe, un port a été fortement endommagé.

Pour l’instant, les stocks de céréales sont d’environ 20 millions de tonnes. La nouvelle récolte attendue est d’environ 65-70 millions de tonnes. Compte tenu de la capacité de stockage disponible d’environ 70 millions de tonnes, il n’y aura pas assez de place pour stocker toutes les céréales.

Ainsi, le plus grand défi de l’agriculture ukrainienne aujourd’hui n’est pas de savoir comment récolter la prochaine récolte mais comment l’exporter avec les stocks de céréales restants.

Les entreprises ukrainiennes tentent fébrilement de construire de nouvelles chaînes logistiques en utilisant les chemins de fer. Mais le transport ferroviaire a ses propres restrictions. Dans le meilleur des cas, jusqu’à la fin de cette année, l’Ukraine ne peut exporter que 25 à 30 millions de tonnes de céréales sur les 100 millions de tonnes disponibles.

Si le blocus des ports ukrainiens se poursuit, de gros volumes de céréales et d’autres produits agricoles ne pourront pas être exportés et un grand nombre d’entreprises agricoles et d’agriculteurs ne seront pas en mesure de vendre ce qu’ils ont produit et feront faillite. Cela signifie que la prochaine saison des semailles risque d’être compromise. Cela aura un impact négatif énorme sur l’approvisionnement alimentaire mondial.

À moins que la guerre ne prenne fin ou que le conflit ne soit gelé, il n’y aura pas d’investissements importants en Ukraine. Toutefois, après la fin de la guerre, il faut s’attendre à un boom des investissements, principalement dans la restauration des infrastructures et des logements.

La Russie ne s’arrêtera pas volontairement. Elle ne peut être arrêtée que par la force. Le peuple ukrainien est déterminé à se battre jusqu’à la mort pour son indépendance, sa liberté et sa sécurité. Ainsi, la seule façon pour le monde entier d’échapper à la crise alimentaire mondiale est de soutenir l’Ukraine pour battre la Russie.

Donc un bref résumé.

La guerre en Ukraine montre clairement l’extrême vulnérabilité de la sécurité alimentaire. Elle prend plusieurs formes.

Premièrement, le blocus des ports maritimes ukrainiens a stoppé l’approvisionnement des marchés mondiaux en céréales, huiles végétales, viande et œufs. Cela se traduit inévitablement par une flambée des prix dans de nombreux pays, tandis que les pays les moins développés sont confrontés à la famine. Ce problème nécessite de reconsidérer la façon dont la nourriture est produite et fournie.

Deuxièmement, nous voyons tous que la Russie utilise son gaz naturel comme une sorte d’arme, menaçant de couper l’Europe de son gaz naturel à tout moment.

Troisièmement, l’interruption de l’approvisionnement en gaz naturel nuit à la production d’engrais, et tout d’abord d’engrais azotés. La production d’engrais azotés en Ukraine a été divisée par cinq. La Russie et son sous-fifre, la Biélorussie, sont tous deux les principaux fournisseurs d’engrais potassiques et phosphorés, et ils ont tous deux arrêté leurs livraisons, utilisant les engrais comme une autre sorte d’arme. Et vous savez tous très bien que les engrais ne doivent pas seulement être appliqués dans les volumes nécessaires, mais aussi qu’ils doivent être appliqués à temps. La perturbation de l’approvisionnement en engrais et l’application incorrecte des engrais signifient la diminution du rendement des cultures et donc la pénurie de nourriture produite localement.

Quatrièmement, la perturbation de l’approvisionnement en carburant, pétrole brut, essence, diesel, kérosène, huile lourde, nuit au transport des marchandises non seulement à l’intérieur des pays mais aussi au niveau mondial. L’absence de livraison de nourriture entraîne la faim.

Tout cela signifie que les pays doivent diversifier leurs sources de nourriture et d’intrants, tels que le pétrole, le gaz naturel, les engrais, les semences, les pièces de rechange, etc. pour être à l’abri de toute éventualité.

Et l’une des mesures obligatoires que chaque pays doit mettre en œuvre est l’optimisation d’une denrée alimentaire produite localement, avec une réorientation possible vers de nouvelles cultures aux rendements plus élevés ou dont la culture est moins coûteuse.

Je vous souhaite à tous la paix, une vie heureuse et un travail fructueux.

Merci,

Photo par: Claus Haagensen

ÉGALEMENT DANS CE BULLETIN….

25 Aug: Souvenirs du Danemark

Le site web du Congrès 2022 est rempli de ressources de l’événement, y compris des photos, des présentations, des vidéos, des articles et plus encore.

25 Aug: Message de la présidente Lena Johansson

C’est pourquoi les congrès constituent un événement exceptionnel. Ils montrent toute la diversité de notre organisation – des grands aux petits pays, des journalistes expérimentés aux débutants, des hommes et des femmes, des jeunes et des vieux, qui se rencontrent tous sur un pied d’égalité.

25 Aug: L’IFAJ Accueille Cinq Guildes Membres

Les guildes du Brésil, des Caraïbes, du Chili, du Népal et de l’Ouganda font passer l’IFAJ à 60 membres à part entière et à un affilié.

25 Aug: SPÉCIALE PRÉALABLE SUR L’INDICE MONDIAL DE LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE (GFSI) LE 19 SEPTEMBRE

Rejoignez l’IFAJ le lundi 19 septembre à 14h00 (14h00) GMT pour un briefing exclusif sous embargo sur l’Indice mondial de sécurité alimentaire ( GFSI) 2022.

25 Aug: La Fédération internationale de laiterie invite l’IFAJ au Sommet mondial du lait 2022, du 12 au 15 septembre.

La Fédération internationale de laiterie (FIL) a créé des opportunités spéciales pour les membres de l’IFAJ de participer à son Sommet mondial du lait 2022. Cette année, le sommet se tiendra en Inde, premier roducteur laitier mondial.

25 Aug: Les jeunes leaders et la Master Class participent au Bootcamp du pré-congrès

L’esprit était haut et le niveau d’énergie aussi, et des amitiés ont été forgées qui dureront des années.

25 Aug: L’histoire derrière l’image – 3000 jours de sécheresse

Willem van der Berg, de l’association sud-africaine Landbou Weedblak, raconte l’histoire de son puissant portrait, “3000 jours de sécheresse”… et partage d’autres images du tournage.

25 Aug: Le NAC de Gambie organise une formation au journalisme de deux jours

Dix-neuf participants, dont des journalistes agricoles de la presse écrite et électronique ainsi que des membres d’organisations d’agriculteurs, ont participé à la formation.

25 Aug: VENEZ AU CONGRÈS À OLDS, ALBERTA, CANADA DU 27 JUIN AU 3 JUILLET 2023 !

Le congrès 2023 de l’IFAJ, Nouvelles frontières dans l’Ouest sauvage, sera accueilli par la Canadian Farm Writers’ Federation à Olds, en Alberta, du 27 juin au 3 juillet 2023. Marquez votre calendrier !

ancien bulletin